L’ABCDE du Melanome

Translations:

Ce que vous devez savoir

Ce que vous devez rechercher

La règle ABCDE du mélanome

Attention, danger !

Le mélanome est la forme la plus dangereuse des cancers de la peau. Dans ses formes avancées, il peut causer des symptômes graves et même la mort. Fort heureusement, le mélanome frappe rarement sans avertissement. Il y a presque toujours des signes d’alerte. Regardez-les bien, car quand le mélanome est détecté tôt, il est presque toujours guérissable.

Connaissez bien votre peau

Les « grains de beauté » ou naevus, les taches brunes ou les grosseurs de la peau sont en règle générale bénins – en règle générale, mais pas toujours. Une personne qui a plus de 100 naevus sur la peau présente un plus grand risque de développer un mélanome. Les premiers signes peuvent apparaître sur l’un de ces naevus. C’est pourquoi il est très important de bien connaître votre peau. Examinez vous-même l’intégralité de votre peau tous les mois et faîtes examiner votre peau par un médecin une fois par an.

L’alphabet du mélanome

Les cinq premières lettres de l’alphabet sont un guide pour permettre de reconnaître les signes précoces du mélanome.

A comme Asymétrie

B comme Bords

C comme Couleur

D comme Diamètre

E comme Évolution

Apprenez bien ces signes, et si vous voyez l’un d’entre eux, prenez immédiatement rendez-vous avec votre médecin. Mais retenez que ces signes ne sont pas une preuve de mélanome. Ils signifient juste que vous devez être sur vos gardes.

Les photographies présentées dans les pages suivantes comparent les signes des naevus bénins (sans risque) et des mélanomes, selon la règle ABCDE.

 

NAEVUS BÉNIN

MÉLANOME

 

A - ASIMETRÍA

Ce naevus bénin n’est pas asymétrique. Si vous tracez une ligne en son milieu, les deux côtés sont superposables.

mole picture.jpg melanoma picture.jpg

Si vous tracez une ligne passant par le milieu, les deux côtés ne seront pas superposables. Cette asymétrie est un signe d’alerte de mélanome.

B - BORDE

Un naevus bénin a des bords réguliers et géométriques, comme celui-ci.

mole picture.jpg melanoma picture.jpg

Les bords d’un mélanome ont tendance à être irréguliers et dentelés.

C - COLOR

La majorité des naevus bénins sont d’une seule couleur, souvent dans une nuance de brun.

mole picture.jpg melanoma picture.jpg

Une couleur inhomogène est un autre signe de mélanome. Plusieurs couleurs peuvent apparaître : plusieurs tons de brun, de noir, voire de rouge, de blanc ou de bleu.

D - DIÁMETRO

Les naevus bénins sont habituellement d’un petit diamètre (moins de 6 mm).

mole picture.jpg melanoma picture.jpg

Les mélanomes ont habituellement de plus grand diamètre que les naevus bénins (plus de 6 mm), mais ils peuvent parfois être plus petits quand ils sont dépistés tôt.

E - EVOLUCIÓN

Les naevus bénins ne se modifient pas dans le temps. Soyez sur vos gardes si un naevus évolue ou change de quelque manière.

ebenign_1.jpg emalignant_1.jpg

Quand un naevus évolue, consultez un médecin. N’importe quel changement – en taille, forme, couleur ou n’importe quelle autre caractéristique – ou l’apparition de n’importe quel nouveau symptôme, comme un saignement, des démangeaisons ou des croûtes, est un signe de danger.

L’histoire du mélanome

Le mélanome est la forme la plus grave des cancers de la peau. S’il se propage (métastase) dans les organes internes, il peut mettre la vie en danger. Mais dans les stades précoces, il est curable dans presque 100% des cas.

Les rayons solaires, le déclencheur

Le mélanome peut être déclenché par des expositions solaires intenses et intermittentes – du type de celles qui entraînent des coups de soleil. Cela a toujours été vrai. Mais alors, comment se fait-il que le nombre de cas de mélanomes a plus que triplé en 20 ans ? Les gens ont aujourd’hui beaucoup plus d’activités en extérieur que dans le passé, tout en portant des vêtements moins couvrants. Pire encore, de nombreuses personnes vont de nos jours dans des cabines de bronzage, et les rayons ultraviolets (UV) A et B émis par les lampes à bronzer sont tous deux dangereux.

Le rôle de l’hérédité

L’hérédité joue également un rôle si important dans le risque de mélanome que le terme « mélanome familial » a été inventé. Le risque pour une personne d’avoir un mélanome est en effet plus grand si un de ses parents proches (mère, père, frères et sœurs, enfants) en ont déjà eu un.

Comment diminuer les risques ?

S’il n’est pas possible de contrôler les risques liés à l’hérédité, vous pouvez vous protéger du soleil en portant des vêtements, des chapeaux à bords larges, des lunettes de soleil, ou en appliquant de la crème solaire avec un SPF (indice de protection) de 15 minimum, ou de 30 minimum en cas d’exposition importante. Restez le plus possible à l’ombre, et évitez autant que possible de vous exposer au soleil entre midi et 16h.

La moitié des patients atteints de mélanome ont des naevus d’aspect inhabituel (aussi appelés naevus atypiques ou dysplasiques). Examinez vous-même régulièrement votre peau si des membres de votre famille ont déjà eu un mélanome, si vous avez des naevus atypiques ou si vous avez vous-même déjà eu un mélanome. Les enfants appartenant à des « familles à mélanomes » doivent être examinés par un médecin à partir de l’âge de 10 ans.

Retrouvez d’autres informations sur les cancers de la peau sur www.SkinCancer.org

Quels sont les traitements du mélanome ?

La chirurgie est le traitement principal du mélanome. Le médecin enlèvera à l’aide d’un bistouri l’intégralité de la lésion et de la peau environnante pour avoir une « marge de sécurité ». La plaie sera ensuite refermée, et la lésion sera envoyée pour analyse au laboratoire, afin de vérifier que toutes les cellules cancéreuses ont été enlevées.

Parfois, les cellules de mélanome parviennent à atteindre les ganglions lymphatiques, qui sont des organes qui libèrent les composants du système de défense immunitaire dans le sang. Ces ganglions peuvent alors être retirés, pour éviter que les cellules de mélanome partent ailleurs dans l’organisme.

Dans les formes avancées de mélanome, la chimiothérapie, la radiothérapie et l’immunothérapie (médicaments qui stimulent le système immunitaire) sont utilisées. Ces traitements peuvent ralentir l’évolution de la maladie, mais les mélanomes à un stade très avancé sont difficiles à stopper. Ainsi, savoir reconnaître les signes précoces d’un mélanome est la clé pour sauver des vies.

Examinateurs médicaux

Robert J. Friedman, MD

Darrell S. Rigel, MD

Alfred W. Kopf, MD

David Polsky, MD, PhD

 

Examinateurs médicaux de la traduction

Carole Poiraud, MD

Brigitte Dréno, MD, PhD  Réseau Mélanome Ouest

 

Une publication de The Skin Cancer Foundation

Pour plus d’informations sur d’autres brochures ou une adhésion, contactez :

The Skin Cancer Foundation

www.SkinCancer.org

 

Copyright © 2010. Révisé en 2012.

The Skin Cancer Foundation. Imprimé aux USA